Intiwatana

Mot-clé - vidéos

Fil des billets

lundi, octobre 31 2016

Bilan du quatrième Week-end 2016 du Collectif Wiñayataqui (fr)

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

16 participants en ce week-end de Flûtes des 15 et 16 octobre à Châteauneuf sur Isère. Quelques excusés aussi : Qui des obligations familiales, qui des contraintes professionnelles, qui un bon lumbago ? Ils se reconnaitront peut-être……..mais seront là à la prochaine, n’en doutons pas…..

Nous occupions pour la première fois, un local plus adapté à nos besoins, l’ancienne salle du club de Rugby.

Premières retrouvailles "Post-Sorata" : huit d’entre nous étaient fraichement rentrés de Bolivie, de retour d’une aventure musicale dont nous reparlerons ultérieurement.

Samedi en début de matinée, un Conseil d’Administration restreint de TAKI, avait dressé un premier bilan du Projet Sorata, et un échange avec tous nos amis souffleurs, permit ensuite d’évoquer les prémices de la saison 2017.

Puis place à la musique : un répertoire varié était au programme : une petite dose de nostalgie avec "Chuquiago" un Italaque et "Korti Poncho" un K’antu, et plusieurs morceaux nouveaux, appris en septembre en Bolivie :

  • L’emblématique "Soratina" bien évidemment,
  • Un Italaque "Profundo amor"
  • Et un K’antu "Wiñaypa"

Autant de thèmes nous permettant de faire un clin d’œil à nos chaleureux amis guides musicaux, de l’ensemble Llajtamayu, Domingo et Eusebio, avec lesquels nous avons beaucoup travaillé et beaucoup appris durant la semaine à Sorata, Sorata où l’accueil que nous avons reçu de la part de la population des habitants et des autorités municipales fut exceptionnel et émouvant.

Pour une fois, notre soirée peña du samedi soir laissa place, à une séance photo et vidéo, au cours de laquelle nous pûmes visionner les meilleurs moments de notre séjour bolivien, de notre semaine à Sorata et de notre participation aux 3 jours de fête locale.

Bien sûr les nouveaux morceaux vont être repris en novembre, avec les absents d’octobre cette fois-ci, puis peaufinés : harmonisation, chant, mise en place…….

Nous avons aussi procédé à la reconstitution grandeur nature du rituel de la "Diane" avec le petit refrain appris là-bas, qui revenait à chaque nouvelle caisse de bières offerte, (et posée au centre du cercle de musiciens). Seules différences notoires : on n’a pas trouvé de "Paceña" "on se l’est fait" à la bière locale, et la Pachamama ne fut pas très gâtée ici, le carrelage de notre local absorbant bien moins la mousse de ce breuvage que les rues de Sorata.

Ceci fut l’occasion d’une franche rigolade à l’image de tout le week-end ou bonne ambiance et convivialité furent au rendez-vous.

Rendez-vous aux 19 et 20 novembre

vendredi, août 26 2016

Bilan du troisième Week-end 2016 de Stage Wiñayataqui

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

20 participants étaient présents en ce week-end de Flûtes un peu particulier des 5 et 6 juin à Châteauneuf. Tout d’abord une rétrospective d’anciens morceaux de notre long répertoire traditionnel, était au menu. Un retour dans le temps pour deux bonnes raisons :

  • Nous nous attachons de temps à autre à "réveiller les vieux démons qui dorment" avant de les avoir chassés de notre mémoire
  • Nous préparons (une dizaine d’entre nous) notre séjour musical de septembre en Bolivie, et plus précisément à Sorata, occasion pour laquelle une sélection de nos meilleurs titres va être proposée pour échanger avec les musiciens "du cru"

En second lieu, nous nous étions engagés à participer à l’animation musicale du cinquantième anniversaire de la MJC de Châteauneuf, ce qui fut fait, et bien fait. Nous noterons que l’accueil qui nous fut réservé fut chaleureux, et que la MJC mit un local à notre disposition pour la durée du week-end, et nous les en remercions encore ici. Cet évènement permit aussi des échanges fructueux, avec les châteauneuvois et les représentants des associations et de la mairie, tout en mettant en valeur notre savoir faire.

Le menu de la partie musicale comprenait donc deux K’antus : Tisco Tisco et K’antu de Quiabaya, un Italaque de Taypi Ayka : Torosa Pulka, un de la comunidad de Lampa : Sentimiento sicuri et deux vrais anciens : Chuquiago et San Miguel.

A partir de ce premier élan, il ne reste aux intéressés, qu’à réviser et bosser pour ce grand rendez-vous de septembre, je crois savoir qu’une petite soufflerie préparatoire est prévue fin juillet sur "l’Altiplano ardéchois".

Pour tous reprise les 15 et 16 octobre à Châteauneuf, certains veinards auront surement des histoires à raconter, qu’on se le dise !

samedi, mars 26 2016

Bilan du Premier Week-end 2016 de Stage Wiñayataqu

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

C’est reparti !

Mars et ses giboulées, ont vu le retour du premier week-end de stage Wiñayataqui 2016, à Châteauneuf.

Quelques-uns d’entre les braves, descendaient directement du TGV de Paris où la veille, ils avaient représenté l’association TAKI dans un fervent hommage aux expressions musicales traditionnelles des Andes, salle Jacques Prévert au Pré Saint-Gervais.

Notre ami Carlos était une dernière fois parmi nous, en binôme avec son frère Julio.

Deux morceaux furent particulièrement travaillés au cours du week-end : un Sankayo du doux nom d’ "Imillani", et un Italaque "Alturas de Huallpacayo".

Trois "reprises" durant cette rencontre, car il est important de faire vivre le répertoire : un Kantu récent "Kantu de quiabaya", un bien plus ancien : "Aguita de Putiña", et notre chouchou "San Miguel". Cela permet aussi à nos amis plus récemment arrivés dans le collectif, de s’approprier les "anciens thèmes" du répertoire.

Le plaisir de se retrouver et de partager de nouveau, musique et bonne chaire restait intact, malgré quelques absents auxquels nous avons beaucoup pensé.

Rendez-vous les 9 et 10 avril pour la prochaine, à Bourg Saint Maurice, qu’on se le dise !

samedi, décembre 19 2015

Guitare Charango, bilan du second Week-end 2015 « cordes amérindiennes »

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

En cette seconde et ultime rencontre "cordes" 2015, TAKI avait Fixé rendez-vous à Gap, fief de nos amis de l’association Kausasun.

Comme nous l’avions fait dans l’Isère pour les flûtes "trad" en novembre, nous avons pris le parti de nous décentraliser aussi en décembre, et de nous transporter vers nos aficionados les plus fidèles.

Nous avons tenu en outre, en cette circonstance, à placer cette rencontre sous le double signe d’un travail de haute qualité et d’une longue amitié.

En effet Carlos qui nous avait déjà fait bénéficier de ses compétences musicales lors des derniers stages de flûtes, accompagnait Julio, pour jouer et partager bien sûr, mais aussi pour revenir aux sources : les Alpes de Haute Provence et la région gapençaise n’avaient-elles pas accueilli il y a quelques années, leur groupe emblématique "Bolivia Manta" pour un fameux enregistrement à l’église de Saint Pancrace à La Bâtie Neuve !

Inutile de dire que les 4 musiciens participant à ce week-end ont savouré leur chance et leur plaisir, de pouvoir partager deux jours de travail (et de gastronomie !) avec de telles références musicales.

Après quelques exercices de gammes de guitares, nous sommes entrés rapidement dans le vif du sujet :

  • Samedi, Reprise du cachullapi, Puñales avec "la patte" des spécialistes attentifs à imprimer à ce morceau une coloration typiquement traditionnelle et "campesina" tant au point de vue de l’interprétation et du choix de la tonalité, que de la section rythmique : guitare, basse et bombo
  • déchiffrage du sanjuanito "cuatro esquinas", belle mélodie aux sonorités équatoriennes, travail au bandolin, violon et guitare.
  • Et le dimanche, imprégnation et enregistrement du travail de la veille, et retour sur le Villancico, (de circonstance en ces fêtes de Noël), pour un déchiffrage des parties de "charango melodico" 2 et 3, et le calage de l’accompagnement guitare.

Bel épilogue pour cette saison 2015 ; nous avons matière à exploiter en attendant la prochaine rencontre ; nul doute que les conseils et vidéos seront entendus regardés et suivis d’effet…….Cette année Wiñayataqui fut riche et prolifique sur le plan musical, la conclusion est à la hauteur et laisse bien augurer de l’année 2016.

mardi, novembre 10 2015

Bilan du 4ème week-end 2015 de stage Wiñayataqui

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Il était là, et même bien là ! Je veux parler de notre ami Carlos, qui avait manqué le rendez –vous de septembre avec le Collectif Wiñayataqui.

Il était porteur de quelques "friandises" : Italaque de bonne facture, CD, DVD de qualité comme toujours…… quelques commandes personnelles bienvenues……… Et surtout sa bonne humeur et jovialité habituelles, et aussi bien sûr des nouvelles de "là-bas" !

Nous avons pu bénéficier de son apport technique musical en complémentarité avec Julio, et là, aucun doute, il devait avoir encore dans les poumons quelques doses d’oxygène ramenées des hauteurs de La Paz !

Côté musique, "on a fait tourner", comme on dit, et nous avons aussi bossé un petit Conima de Qhantati Ururi "Satiri", bien syncopé.

Rendez-vous en novembre, à Saint julien de Ratz en Isère, qu’on se le dise !

mardi, septembre 8 2015

Guitare Charango, bilan du 1ier Week-end 2015 « cordes amérindiennes »

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Nous avions décidé de prendre la clé des champs, et de nous retrouver à Lapras, sur la commune de Saint Basile en Ardèche, pour cette première rencontre qui prenait ainsi en juillet quelques airs de vacances, vacances studieuses bien entendu! Nous avions pu adresser en amont quelques pistes de travail à notre ami Julio, en préparation à cette rencontre.

A la guitare tout d’abord, après divers exercices pour se chauffer l’indépendance des doigts, nous avons vu la gamme de 6ème en Do Maj sur deux octaves, puis on a bossé le rythme et la structure de la chacarera sur un morceau du répertoire d’Intiwatana "copla de chacarera".

Pour continuer en jouant de paire le bandolin et la guitare, nous avons travaillé les basses de guitare de "Puñales" et de "Carmelita" un cachullapi et une bomba, deux rythmes moins connus que le sanjuanito, mais issus comme lui de la pure tradition équatorienne.

Pour le charango, une révision du villancico, que nous avions abordé l’an dernier s’imposait, et nous avons enchaîné avec une chanson cuzqueña ", Mi corazon del maestro Kike Pinto".

Voilà de quoi s’occuper d’ici notre prochain rendez-vous de décembre, qui en principe se fera à Gap.

jeudi, décembre 25 2014

Bilan du 6ème week-end 2014 de stage Wiñayataqui

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Celui-là, on l’a attendu avec une certaine fébrilité ; tout d’abord par ce que c’était le week-end de clôture de l’année 2014, et ensuite car se tramait en coulisse, une "Peña libre" festive pour le samedi soir (une de plus, allez-vous penser….Et bien pas tout à fait !).

En fait, l’association TAKI, a bouclé en cette fin novembre la fin de son premier exercice, et surtout nous avions dans l’idée et préparions depuis un certain temps, un hommage à notre mentor préféré et ami, Julio.

La surprise bien gardée fut totale, et samedi soir, nous avons éprouvé beaucoup d’émotion à remettre à ce dernier un "charango d’honneur".

En effet les adhérents de TAKI, que je veux chaleureusement remercier ici, s’étaient cotisés pour nous permettre d’aller faire avec un peu d’avance, nos emplettes de Noël chez notre voisin Drômois, le luthier Christian Deloraine.

Au-delà de la surprise et de l’instant émouvant, nous sommes sûrs que notre ami Julio saura parfaitement mettre en valeur, et tirer la quintessence de ce bel instrument.

Musicalement parlant, nous avons eu la satisfaction de nous retrouver 20 souffleurs, ce qui était l’occasion rêvée de faire enfin sonner comme ils le méritent les morceaux récemment appris, et quelques anciens : Casarasiri, sentimiento sicuri, San Miguel et Poncho negro, ainsi que les Kantus de Quiabaya et Khori Poncho.

Quelles vibrations sonores avec les octaves, les tierces, les quintes ! On touche bien là à l’essence même de cette musique et à ses racines profondes.

Une fois de plus nous faisons un appel du pied aux souffleurs régionaux et amateurs de sensations fortes à venir partager avec nous les petits bijoux de la musique traditionnelle des hauts plateaux, et rendez-vous aux 14-15 mars 2015 à Châteauneuf.

samedi, novembre 15 2014

Bilan du 5ème week-end 2014 de stage Wiñayataqui

20141012_03.00_011-1.JPG Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Reprise automnale attendue des rencontres de "flûtes trad ", en ces 11 et 12 octobre, et la météo en alerte orange sur la région, n’a pas suffi à refroidir les ardeurs de nos amis souffleurs……Juste un léger retard du TGV "del Maestro" à l’arrivé vendredi soir.

En cette dernière ligne droite 2014, (il restera la rencontre des 29 et 30 novembre), il faut prendre en compte deux éléments significatifs afin de définir le contenu du week-end :

  • Un certain nombre d’entre nous, n’a pu assister régulièrement et dans la continuité, aux précédents week-ends (éloignement, indisponibilité, famille, santé, etc…..)
  • La difficulté des morceaux travaillés depuis le début de l’année, incite Julio à "creuser" encore un peu la question, pour optimiser notre plaisir, en rajoutant notamment de nouvelles harmonies.

Le programme va donc se dérouler autour des "Poncho Negro" et "Casarasiri" pour les Italaque, et de "Kantu de Quiabaya" et "Khori poncho" pour les kantus.

Le dimanche nous travaillerons sur l’inédit "K’ala Chuyma", pour l’enchainer à la suite du "Poncho Negro".

Et voila, même pas plu (à peine !), et déjà se profile à l’horizon l’ultime rendez-vous de la saison, comme le temps passe !

samedi, mai 24 2014

Bilan du troisième Week-end 2014 de Stage Wiñayataqui

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Petit week-end par l’affluence, mais excellent millésime pour le contenu et la qualité du travail, unanimement reconnu par tous les présents.

Il est de manière récurrente difficile de rassembler un maximum de nos amis en ce mois de mai, qui avec son enchaînement de fériés et de ponts prête plus à l’évasion et à la détente, qu’aux studieuses séances de souffleries.

Pour cette circonstance exceptionnelle, nous avions prudemment décommandé notre base de l’Oasis à Montéléger, pour nous replier chez notre secrétaire à Châteauneuf, lieu plus propice au petit aréopage que nous étions !

En tout cas même à huit, on peut se faire plaisir, faire des harmonisations, et surtout profiter "un max" des conseils individualisés du coach : il est en effet à la fois plus délicat pour les "gros poumons" de se mettre trop en avant et se lâcher, et pour les "timides" de rester trop en retrait….Le menu fut complet avec Samedi reprise et approfondissement méticuleux de l’Italaque "Casarasiri" et du Kantu de Quiabaya, et la mise en chantier d’un solide "Poncho negro" de Taypi Ayca et d’un plus léger "Torosa pulka".

Dimanche travail en profondeur et "Grabación" pour la postérité, séance du dimanche plus longue qu’à l’accoutumé, comme pour mieux inscrire ces morceaux dans le marbre de nos mémoires !

Ajouter à cela que le temps des barbecues est revenu, et que cela ne nuit en rien, bien au contraire, au bilan de ce week-end – Vivement le prochain, que l’on reprenne tout ça avec les copains-copines ! ……..Et peut-être va-t-il être temps de sortir les" Jacha Sikus" de la Naphtaline ?

samedi, avril 26 2014

Bilan des 1ier et 2nd Week-end 2014 de Stage Wiñayataqui

1er-2nd_satge_2014.jpg Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Coucou….C’est nous !

Revoilà fleurir les week-ends Wiñayataqui en ce printemps 2014.

Et pour la première fois pour les flûtes, sous la bannière de la nouvelle association TAKI.

Bonne reprise, avec 14 participants en mars, et 16 en avril à Bourg Saint Maurice. De plus la plupart des absents doivent être remerciés, car ils nous donnent presque tous de leurs nouvelles, et l’annonce éventuelle de leur visite prochaine, sont toujours de précieux éléments dans la gestion des rencontres.

Sur ces deux premières rencontres, il faut retenir pour l’essentiel, les exercices préparatoires aux Suris, sur des thèmes polyphoniques Colombiens et Africains, exercices empreints de fortes vertus à caractère collectif. La partie plus spécifiquement apprentissages et extension du répertoire, fut consacré à un Qhantu de Quiabaya (orthographié ainsi) et un huayno de Italaque de la communauté de Lampa "Casarasiri".

Le travail n’est pas fini, ces morceaux sont délicats et truffés de syncopes et de contretemps, et nous y reviendrons sans doute lors des prochains week-ends. A noter pour la partie gastronomique, que samedi soir, nos amis de Boug Saint Maurice avaient fait dans le "régional" avec une gouteuse fondue savoyarde ! Hasta pronto

- page 2 de 7 -