Intiwatana

Mot-clé - taki

Fil des billets

dimanche, octobre 14 2018

Bilan du troisième Week-end 2018 du Collectif Wiñayataqui

Association TAKI

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Retour à Châteauneuf en ce mois de Juin, et cadeau de la météo pour nous permettre de nous aérer sur les bords de l’Isère lors du samedi après-midi.

Le Collectif est très heureux de revoir et accueillir en ce mois de Juin Ludivine, Sibille et Solène, ce qui est l’occasion pour le groupe de reprendre un certain nombre de morceaux en douceur.

Nous retravaillerons particulièrement   "En Oruro" pour la partie chant, et quelques autres titres vus en avril.

Et pour le "fun" un petit nouveau "Chacapata" avec la tierce s’il vous plait !

Et dire qu’il va falloir attendre le mois d’octobre pour la suite !

dimanche, avril 22 2018

Bilan du second Week-end 2018 du Collectif Wiñayataqui

Association TAKI

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Le décor s’était paré de blanc, pour ce rendez-vous d’avril en Savoie. La neige tombée en abondance nous offrait un superbe panorama depuis les baies vitrées de la salle qui nous accueillait à Séez.

Un regret : le grand vent ne nous permit pas d’aller jouer en extérieur comme nous avions pu le faire l’an dernier.

Qu’à cela ne tienne, nous étions venus pour une "soufflerie collective", et l’on a bien soufflé !

Quelques révisions pour nous chauffer : tout d’abord les quatre temps du "Cuatro esquinas" et la "Cacharpaya de Yotala", ensuite, le "Tres de mayo" appris en mars, et plus tard dans la journée Kuna Takiraki appris ici même l’an dernier. Le "K’antu de service" étant "Forastero", que nous avions aussi commencé à voir en mars.

Pour les nouveaux morceaux : ils furent au nombre de deux : un Italaque "Recuerdos de Chajnaya", et une sikureada jouée en mode traditionnel et chantée : "En Oruro". Nous en avons conservé deux enregistrements vidéo, qui, même s’ils ne représentent qu’une première étape imparfaite de notre travail, vont être mis en ligne et nous servir de base pour la suite.

Puis vint le repas du samedi soir (et la raclette savoyarde !) avec quelques visiteurs de marque et le plaisir de revoir, Ruth joseph et André, et de faire la connaissance de……..Bernard……..Bienvenue au club !

La bonne séance du dimanche matin va nous permettre de renforcer tout ça, en présence de James qui était de passage, et de mitonner une petite surprise pour notre ami Evert, si loin de nous en ce dimanche d’Avril, mais présent par la pensée………

Comme nous eûmes quelques pensée tous nos "chers absents", et en particulier Sybille et Ludivine, Sam, Thierry et Ernest retenus ou empêchés mais que nous reverrons tous prochainement. Sans oublier Sébastien Marc et Yann et quelques autres dont nous avons eu aussi des nouvelles et que nous saluons ici.

Il me reste à remercier au nom de tous, l’accueil sans faille de nos amies Borainnes et Séerainnes (Je prends le risque !?) et de donner rendez-vous à tous, les 9 et 10 juin dans la Drôme, qu’on se le dise !

dimanche, mars 25 2018

Bilan du premier Week-end 2018 du Collectif Wiñayataqui

Association TAKI

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Nuevo encuentro : "les retrouvailles"…

Tel pourrait-être le titre de cette première rencontre 2018, à la salle de l’Europe de Châteauneuf sur Isère, même si un certain nombre de membres du collectif s’étaient déjà rencontrés lors d’un week-end de janvier en Isère autour de la Kena.

Une pensée pour notre ami Evert retenu au travail à Dubaï, (que nous retrouverons avec plaisir une prochaine fois) ; un échange au moment de l’accueil pour donner et prendre quelques nouvelles des excusés et absents, et nous allons consacrer la matinée du samedi à quelques révisions pour la "mise en jambe". Nous allons successivement faire tourner "Cuatro esquinas" et la "Cacharpaya de Yotala".

Dans notre logique de fonctionnement en animation autonome, Yves et Patrick ont préparé trois nouveaux morceaux à "bosser" : Un K’antu intitulé "Forastero" ; "Tres de mayo" un Huayno péruvien du répertoire de "Bolivia Manta" que quelques-uns d’entre nous ont déjà croisé sur leur chemin, Et un Italaque "de derrière les fagots" que l’on se contentera de nommer "Italaque" faute de mieux.

Petite peña du samedi soir et révisions du dimanche complèteront un programme, comme d’habitude bien "charpenté"

Nous reprendrons bien entendu ces nouveaux morceaux en Avril, et nous diffusons les vidéos de deux de ces morceaux, même si elles sont très imparfaites, pour servir de tutoriel aux éventuels "bosseurs" !

Rendez-vous est pris les 7 et 8 avril chez nos amies de Bourg Saint Maurice, dans le respect de nos traditions.

samedi, décembre 30 2017

Bilan du cinquième Week-end 2017 du Collectif Wiñayataqui

Association TAKI

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Clôture de la campagne 2017 pour les flûtes traditionnelles de "Wiñayataqui".

Un solide week-end de révisions et "d’imprégnation" sur la base des morceaux travaillés en octobre. Une petite touche d’authenticité en prime, puisque nous avons ressorti de la "naphtaline" dans laquelle elles s’étaient endormies il y a 3 ans, les Zamponãs de Oro (métaliques) de Cairani pour donner du timbre à notre "Camilaca"…….Pas de trace de rouille, juste une petite senteur de renfermé, bien compréhensible après tout ce temps d’immobilisme……..L’occasion aussi d’évoquer quelques lointains et bons souvenirs.

Une bonne raclette samedi soir, un gâteau d’anniversaire , et juste le temps d’une Assemblée Générale, afin de mettre en mots et de parler de ce qui nous rassemble plusieurs fois par ans. Le temps de la synthèse, des bilans et l ‘évocation des perspectives : TAKI est un outil qu’il est important d’entretenir et de "bichonner", soyons rassurés, on sera encore bien là l’an prochain !

Nous allons juste nous reposer un peu jusqu’en mars 2018 ; passée la trêve de fin d’année et l’hiver qui s’annonce, on se donne rendez-vous à Châteauneuf pour célébrer l’arrivée du printemps …………

jeudi, novembre 16 2017

Bilan du quatrième Week-end 2017 du Collectif Wiñayataqui

Association TAKI

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Ce rassemblement d’octobre, a permis au collectif de retrouver avec un immense plaisir notre ami Evert en pleine forme de retour de sa saison pyrénéenne. Il nous avait "laissé la clef" cet été, le temps pour nous de transpirer un peu sur le répertoire bossé en début d’année, et de nous attaquer à un ou deux "petits nouveaux".

Ce mois-ci, le programme était tout tracé :

  • retour au morceau de Taquile en chantier "Cuatro esquinas" dont nous n’avions vu que deux parties sur quatre
  • revisiter la "Cacharpaya de Yotala" dans une version quelque peu "enrichie"
  • travailler un morceau péruvien de Camilaca
  • au passage apprendre une nouvelle "Diane"

Et comme nous étions 16 au total, cela tombait bien pour constituer huit paires de souffleurs, et sortir de leur boîte "chulis" et "Zankas"

Le beau temps du samedi après-midi nous incitait à sortir pour aller "souffler" sur les bords de l’Isère et profiter ainsi de dame nature.

Le dimanche matin, nous permettait, lui, de revenir sur le morceau de Taquile et le "Camilaca", qui finalement n’étaient pas aussi faciles qu’ils en avaient l’air !

Encore de la matière pour ponctuer nos rencontres à venir…….Rendez-vous est pris les 18 et 19 novembre pour conclure l’année à Châteauneuf.

vendredi, juin 23 2017

Bilan du troisième Week-end 2017 du Collectif Wiñayataqui

Association TAKI

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Le mois de juin et le soleil qui l’accompagne, ont contribué à la réussite de ces retrouvailles pré-estivales.

Le programme établi et conduit en concertation, par les "membres ressources" du collectif s’est déroulé autour de trois axes principaux :

  • Des révisions tirées du répertoire de Sorata 2016, qui se justifiaient d’autant plus que huit des onze participants au projet Sorata étaient présents sur ce week-end. Et après la venue de notre ami Ernest à Bourg Saint Maurice, la Guyane était de nouveau à l’honneur, puisque nous avons eu l’immense plaisir de retrouver Véronique, venue spécialement de Tours – Chapeau bas ! Les morceaux repris : "Profundo Amor", "la Soratina" bien sûr, un K’antu "Wiñaypa" et "la Diane". Pour faire bonne mesure nous y avons rajouté "la Diane", l’autre, celle que nous connaissions déjà, et laissée un peu en sommeil.
  • D’autres reprises issues du stage de mars et que quelques-uns de nos amis ont découvertes. Il s’agissait de "garder au chaud" des morceaux appris avec Evert, dans l’attente de son retour en octobre, et des suites déjà prévues : le morceau que nous avons intitulé "Pandillero" et les deux premiers extraits de "Cuatro esquinas"
  • Deux petits nouveaux : le "Kuna Takiraki" auquel nous avons rajouté une tierce descendante, et dont nous avons commencé à mémoriser les paroles, et une version de la "Cacharpaya de Yotala".

Merci à celles et ceux qui, délaissant ponctuellement leurs obligations familiales, ou leurs préoccupations du moment, sont venus "habiter" ce moment de partage et ces quelques heures de ressourcement. La flûte du samedi sur les bords de l’Isère fut une vraie parenthèse de calme et de pause nature.

Notre salle nettoyée et repeinte, mais sans les équipements de base (Frigidaire et cuisinière) nous incita à quelques adaptations, ce qui ne fut en aucun cas préjudiciable à la bonne tenue de ce week-end amical et studieux.

Prenez rendez-vous pour la suite les 14 et 15 octobre, en ces mêmes lieux. En dehors de cette date officielle, les aficionados trouveront peut-être quelques occasions de rencontres et de réjouissances dans le courant de l’été……

samedi, mai 13 2017

Bilan du second Week-end 2017 du Collectif Wiñayataqui

Association TAKI

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

C’est à Séez, charmant "satellite" de Bourg Saint Maurice que "la Savoie" nous accueillait en ce week-end d’avril. La météo dans sa grande générosité allait nous permettre de pratiquer notre passion favorite entièrement en extérieur.

Evert en déplacement professionnel nous avait "laissé les clefs" et nous avons essayé d’en faire bon usage. Je ne citerai pas les personnes ressources du collectif qui s’y sont collées et qui se reconnaîtront, mais grâce à elles le cadre et une certaine rigueur furent respectés.

Nous étions tous très heureux de revoir notre ami Ernest, surtout aussi loin de ses bases, et avons été ravi de la visite d’un ancien fidèle en la personne de Philippe Paysserand, qui va passer une bonne partie du samedi avec nous, peña comprise. Nous avons aussi partagé quelques moments conviviaux avec nos fidèles visiteurs et amis (Joseph, André etc….). Nous avons enfin, eu une pensée émue au regard des circonstances pour Brigitte et Nono, qui nous ont beaucoup manqué.

Pour la musique le programme, était limpide :

  • Réviser les thèmes appris en mars que nous ne maitrisions pas encore bien ; Cuatro esquinas, Puñenito et Pandillero
  • Faire vivre le répertoire en reprenant quelques morceaux appris en octobre novembre ; Profundo amor, La Soratina, Wiñaypa et la Diane
  • Apprendre un petit nouveau quand même, un italaque du doux nom de "Cuna Taquiraqui" (ou Kuna Takiraki….) que nous aurons à cœur de reprendre en y ajoutant des harmonies en juin avec Evert.

Au revoir la Savoie et rendez-vous à tous dans la Drôme les 10 et 11 juin

dimanche, avril 2 2017

Bilan du premier Week-end 2017 du Collectif Wiñayataqui

Association TAKI

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Bienvenue en 2017 sur les "chemins" du Collectif Wiñayataqui.

La première rencontre de l’année, se place sous l’égide du Pérou par la présence de notre ami Evert, que nous avions déjà ponctuellement accueilli lors de quelques rencontres du collectif, à Vesc et Chatuzange notamment.

Evert va nous accompagner à partir de ce jour, chaque fois que son "Job" lui en laissera le loisir. Une chance pour nous tous d’explorer des champs musicaux nouveaux en profitant de son expérience et de ses compétences.

Bonne rentrée avec 17 participants, malgré quelques excusé(e)s de dernière heure, et bienvenue à Solène nouvelle "aficionada".

Dès cette rencontre de Mars, nous avons travaillé des morceaux de la région du Lac, de Puno et Taquile plus précisément, et entre autre deux des thèmes d’une suite intitulée "cuatro esquinas".

Nous avons aussi repris quelques anciens comme "K’ala chuyma" pour nous "chauffer" un peu. Je ne reviendrai pas sur les rituels de nos rencontres, repas partagés et "peña libre" ; cela fonctionne toujours très bien.

Des documents seront transmis à tous dans les jours à venir, et nul doute que nous nous repencherons sur ces beaux morceaux lors des prochains week-ends.

Rendez-vous d’ores et déjà à Bourg Saint Maurice les 8 et 9 avril, pour approfondir ces mélodies typiques.

dimanche, novembre 27 2016

Bilan du cinquième Week-end 2016 du Collectif Wiñayataqui

Association TAKI

Wiñayataqui ("Ce qui se perpétue")

Ultime rendez-vous de l’année, et le plaisir de revoir Marie-France, Odile et Sam absents en octobre.

Quinze adeptes de la soufflerie pour une bonne cuvée de novembre, et certains "empêchés" attendent avec impatience le calendrier 2017 !

Un week-end dans la bonne humeur et la convivialité comme toujours, et surtout studieux avec 10 thèmes abordés approfondis ou révisés.

Huit le samedi

  • K’antu de quiabaya
  • Torosa pulka
  • K’ala chuyma
  • Casarasiri

Pour les anciens morceaux

  • Profundo amor
  • Wiñaypa
  • La Soratina
  • La Diane

Pour les thèmes déjà travaillés à notre retour de Bolivie

  • Qhamaña pampa
  • Una marcha lenta

Deux Italaque ébauchés le dimanche matin, toujours tirés de la liste des thèmes travaillés à Sorata

Nous nous sommes retrouvés après un repas partagé……et aussi quelques bougies soufflées, pour une peña comme on aime, un vrai bœuf entre amis ouvert à la libre expression, à toutes les audaces et improvisations.

Cette peña a pu faire émerger quelques belles mélodies qui vont aussi servir de base à une future rencontre Kena à l’orée de l’année 2017 en Isère. 2017 dont nous reparlerons bientôt, pour évoquer les évolutions et nouveautés du projet des rencontres de musiques traditionnelles, toute l’équipe y travaille.

Le collectif a révélé les belles ressources réunies en son sein au cours de ses deux derniers rassemblements. Confiance et compétences conjuguées ont permis d’assurer transitoirement une bonne tenue musicale à ces rencontres selon la formule de l’auto-animation. Nous avions largement l’expérience acquise, le matériel et le patrimoine musical pour y faire face. Les vertus morales et affectives et solidaires du groupe ont fait le reste !

2017 permettra d’y ajouter l’authenticité et la rigueur d’une nouvelle caution musicale, sans renier notre plaisir bien sûr ! Nous n’oublierons jamais que "Wiñayataqui" signifie "ce qui se perpétue".

Pour conclure, vous pouvez enfin prendre connaissance du calendrier 2017.

Bonnes fêtes de fin d’année à tous

samedi, novembre 12 2016

Sorata tierra encantada - Du 8 au 14 sept 2016

Capitale de la province de Larecaja, au nord-ouest de La Paz, au pied du majestueux Illampu (6429 m), SORATA la paisible, n’attendait que cette seconde semaine de septembre pour se réveiller.

Cela tombait bien, Carlos avait depuis longtemps le projet d’emmener un groupe y faire la fête.

Partis pour une nouvelle expérience musicale en Bolivie, onze flûtistes du Collectif Wiñayataqui ont donc découvert la petite ville blottie à l’ombre de ses palmiers géants et de ses bougainvilliers en fleurs, à 2700m d’altitude sur le chemin des Yungas.

Arrivés le jeudi 8 septembre, après quatre heures de bus, laissant derrière nous, le lac Titicaca alangui et la ville d’Achacachi, nous nous sommes posés dans le cadre délicieux de l’hôtel "Toro bravo" notre nouvelle demeure.

TAKI, association organisatrice, proposait en partenariat avec Carlos, notre relais en Bolivie, une semaine de musique de flûtes de pan traditionnelles :

  • Des ateliers quotidiens d’une part, sous la haute compétence de deux accompagnateurs musicaux membres du groupe Llajtamayu : Domingo et Eusebio, venus de La Paz avec leur science de l’Italaque et du K’antu
  • Une participation active à la fête annuelle de Sorata d’autre part, sur invitation des instances officielles. Au "menu" défilé et musique en déambulation parmi les autres formations musicales présentes sur la Grand-Place du bourg, tout en étant conviés aux différentes agapes et festivités.

Nous nous mîmes au travail, dès notre arrivée. Les ateliers permirent aux membres du Collectif de se consacrer à une approche technique et précise du répertoire traditionnel pressenti pour la fête du week-end et celle du mercredi, y compris l’acquisition de quelques morceaux nouveaux.

Et il fallait être prêts et en tenue "d’apparat" dès le samedi matin, pour faire une entrée solennelle dans l’église de Sorata au son des flûtes et des bombos faisant trembler les voûtes. Ensuite, mêlés à tous les protagonistes de la fête lors des défilés musicaux et exhibitions de groupes, nous avons essayé de tout donner, pour nous montrer dignes de l’évènement.

L’accueil fut somptueux, pour nous qui étions la seule formation de flûtes traditionnelles programmée ; la foule massée sur les trottoirs nous rendit un hommage appuyé et chaleureux, par ses applaudissements et de nombreuses marques de sympathie à chacun de nos passages.

Lors d’une brève intervention, nous pûmes exprimer notre fierté de partager ces moments uniques avec la population locale particulièrement dans cette région ; n’oublions pas que nous étions à proximité de Charazani, un des berceaux de la flûte de pan en Bolivie.

Nous remerciâmes aussi vivement les autorités municipales, de l’honneur qui nous fut fait au travers de leur invitation et de leur accueil.

Au dernier jour de la fête, le Collectif connut le privilège émouvant de recevoir un superbe trophée, témoignage de reconnaissance de la qualité de la prestation de "ces musiciens" venus de si loin et des "conjuntos" boliviens qui les accompagnaient.

Bien sûr, la "Paceña" coula à flots au fond de nos gosiers asséchés….et sur le pavé de Sorata, en l’honneur de la Pachamama.

De cette belle aventure humaine et musicale resteront gravés au cœur de chacun d’entre nous, ces rencontres chaleureuses, une communion et des vibrations profondes et en résonnance, des moments festifs et conviviaux inoubliables.

Les échanges et les manifestations amicales furent spontanés tout au long du défilé, nombreux échanges glanés au gré des rires, des moments de danses et des exhibitions dans les clubs de quartiers qui nous convièrent a un libre partage dans la joie.

Quelle est belle et noble la musique quand elle s’ouvre sur les portes du rêve en se dépouillant de l’imperfection humaine

De retour ici au pays, les membres du Collectif, acteurs comblés de cette expérience musicale, ont pu vibrer de nouveau, en communiquant leurs enthousiasmants souvenirs à leurs complices Rhône-Alpins, n’ayant pas eu la chance de les accompagner.

Domingo et Eusebio nous laissent en cadeau leur amitié et un soupçon de leur savoir, qui vont nous aider à transmettre ce feu qui brûle les souffles et transcende les roseaux.

Dans la lignée de cet état d’esprit, tous les amis du collectif, vont pouvoir repartir autour d’un nouveau répertoire, pour nourrir encore et toujours les liens si forts qu’ils ont su tisser patiemment, année après année, au sein de TAKI.

- page 1 de 3